Astuces - Santé - Premiers secours

| Ajoutez cette page dans vos favoris |

Chacun ou chacune de nous peut être appelé à être témoin d'un accident grave. En agissant correctement dans une telle situation, il est souvent possible de sauver une vie. Aussi, nous devrions connaître les mesures adéquates et être capable de les appliquer de manière appropriée en cas d'urgence. Plusieurs organismes samaritains donnent la possibilité d'apprendre de telles techniques dans le cadre de cours spéciaux et en principe, chaque conducteur a suivi un tel cours. C'est pourquoi un petit rappel des règles de base n'est pas superflu.

Voir également les remèdes dès les premiers symptômes (maladies)

Numéros et mesures d'urgences

NUMÉROS DE TÉLÉPHONES ET MESURES D'URGENCES (pdf)
Imprimez ces pages et mettez les copies dans un endroit facile d'accès (cuisine, pharmacie, la boite à gants de votre véhicule, le sac à dos d'excursion ou dans votre trousse de Secours).

Configurez votre téléphone portable

Les ambulanciers ont remarqué que très souvent lors d'accidents de la route ou autres, les blessés ont un téléphone portable sur eux. Toutefois, lors des interventions, on ne sait jamais qui contacter dans ces interminables listes de contacts.

Les ambulanciers ont donc lancé l'idée que chacun d'entre nous rentre dans son répertoire, la personne à contacter en cas d'urgence sous le même pseudonyme. Le pseudonyme international connu est « ICE » (= In Case of Emergency).
C'est sous ce nom qu'il faut entrer le numéro de la personne à contacter, utilisable par les ambulanciers, la police, les pompiers ou les premiers secours.
Lorsque plusieurs personnes doivent être contactées, on peut utiliser ICE1, ICE2, ICE3, etc.

Cette méthode est facile à faire, ne coûte rien et peut rendre de grands services. Si vous aussi croyez en l'utilité de cette convention, transmettez-la afin qu'elle rentre dans les moeurs.

HAUT

Accidents, maladies aiguës

Gravez dans votre mémoire les mesures successives à prendre, soit :
1. Si vous êtes témoin d'un accident, faites d'abord le point de la situation. Que s'est-il passé? Combien de blessés y a-t-il ? Dans quelle mesure les blessures sont-elles graves ?
2. Essayez d'apprécier la situation. Y a-t-il d'autres risques ? Un deuxième accident pourrait-il par exemple se produire ? Des blessés doivent-ils être dégagés ? Si oui, pensez d'abord à votre sécurité et ne vous jettez pas sans réflêchir, au risque de mettre en péril votre propre vie.
3. Déterminez quels sont les blessés qui doivent être secourus en premier . Appliquez la règle suivante : s'occuper tout d'abord du blessé gisant par terre sans bouger et en dernier de celui qui crie le plus fort. Tout blessé dont l'un des trois systèmes vitaux ( organes respiratoires, circulation sanguine, coeur ) ne fonctionne plus est en danger de mort et a un urgent besoin d'être secouru par des mesures appropriées.

4. Pour savoir quelles sont les mesures à prendre, posez-vous les questions suivantes :
- Le blessé Répond-il ? lorsque vous lui posez une question. Si ce n'est pas le cas, posez-le sur le côté tout en recherchant une position stable . Il se peut qu'il ait perdu connaissance.
(Posez le bras qui se trouve au sol, perpendiculaire au corps, ouvrez-lui la bouche et posez sa tête sur le côté, pour qu'il puisse respirer et ne s'étouffe pas en vomissant. Puis, pliez la jambe qui se trouve au-dessus en posant le genou vers l'avant sur le sol. Enfin posez le bras qui se trouve au-dessus vers l'avant, pour le rendre stable).
- Respire-t-il ? Si ce n'est pas le cas, pratiquez immédiatement la respiration artificielle . Un manque d'oxygène aigu peut provoquer de graves lésions au cerveau, après peu de temps déjà.
(Allongez le blessé sur le dos. Penchez-lui la tête légèrement vers l'arrière et insufflez de l'air par le nez ou la bouche, en prenant un rythme).
- Saigne-t-il ? Si c'est le cas, couchez le blessé de telle sorte que la partie du corps où se situe la blessure soit le plus possible surélevée et posez un bandage compressif (foulard, chemise, écharpe, ceinture mais attention au garot).
- Son pouls est-il-normal ? Si le pouls est très rapide ou au contraire à peine palpable, si la peau du blessé est en outre humide et pâle, s'il est inerte ou au contraire très agité, appliquez la méthode de la position de choc (surélever les jambes) et couvrez le blessé.
5. Avant ou après avoir pris les mesures qui s'imposent, composez dans tous les cas immédiatement le 144 , le 112 ou le numéro de téléphone du service de secours médical le plus proche : (.................................) et demandez de l'aide.

ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL (AVC)
Prenez quelques minutes pour lire ceci, vous pourrez peut-être sauver une vie et contribuer à faire connaître le danger que représente l'Accident Vasculaire Cérébral.

Lors d'un barbecue, Julie trébuche et fait une chute. Elle affirme aux autres invités qu'elle va bien et qu'elle s'est accroché les pieds à cause de ses nouveaux souliers. Les amis l'aident à s'asseoir et lui apportent une nouvelle assiette. Même si elle a l'air un peu secouée, Julie profite joyeusement du reste de l'après-midi...
Plus tard le mari de Julie téléphone à tous leurs amis pour dire que sa femme a été transportée à l'hôpital... Julie décède à 19h. Elle a eu un Accident Vasculaire Cérébral lors du barbecue.

Si les personnes présentes avaient été en mesure d'identifier les signes d'un tel accident, Julie aurait peut-être pu être sauvée. Un neurologue dit que s'il peut atteindre une victime d'AVC dans les 6 heures, il peut renverser entièrement les effets de la crise. Il affirme que le plus difficile est que l'AVC soit identifié, diagnostiqué et que le patient soit vu en moins de six heures par un médecin.

Pour reconnaître les symptômes d'un AVC, poser trois questions très simples à la personne en crise :
1. Lui demander de faire un joli SOURIRE.
2. Lui demander de lever LES DEUX BRAS.
3. Lui demander de PRONONCER UNE PHRASE TRES SIMPLE (ex. Le soleil est magnifique aujourd'hui).
Si elle a de la difficulté à exécuter l'une de ces tâches, appelez le 144 (pour la Suisse) et décrivez les symptômes au répartiteur.

HAUT

Convulsions

Lorsque quelqu'un devient soudainement rigide, puis agité de mouvements saccadés et violents, vous vous trouvez devant le début d'une crise de convulsions.
1 . Allongez la personne sur le sol loin de tout objet contre lequel elle pourrait se blesser. Desserrez ses vêtements et enlevez ses chaussures.
2. Demeurez à ses côtés, mais ne tentez pas de la maintenir au sol ou de placer quoi que ce soit dans sa bouche. Peu de gens mordent ou avalent leur langue durant une crise mais ils risquent de se casser les dents ou de s'étouffer s'ils ont quelque chose dans la bouche. Les convulsions durent de 2 à 5 minutes. La victime bave, son visage et ses lèvres bleuissent.
3. La crise terminée, rincez la bouche du malade s'il a vomi. Installez ensuite la personne confortablement sur le côté, la tête plus bas que le corps, pour lui permettre de respirer plus facilement et l'empêcher de s'étouffer.

HAUT

Fracture

Une contrainte modérée peut parfois provoquer une fracture. La victime sent l'os se briser et entend un bruit sec. La douleur est intense et diffuse, plus nette si l'on appuie au niveau de la fracture. La peau est gonflée et décolorée. Le membre apparaît déformé et peut présenter une angulation anormale.
Il se peut aussi que le gonflement et la douleur n'apparaissent pas avant plusieurs heures. Beaucoup de fractures sont impossibles à déceler sans radio. Si vous présentez l'un de ces symptômes, consultez un médecin.

En attendant les premiers soins :
1. Soulagez la douleur en plaçant une poche de glace près de la fracture et non directement dessus.
2. Immobilisez la partie blessée et bougez le moins possible.
3. S'il s'agit d'une cheville ou d'un pied, retirez chaussure et chaussette et surélevez la jambe.
4. Si l'os a transpercé la jambe, couvrez la blessure d'un pansement sec et propre en comprimant pour stopper l'hémorragie.

HAUT

Piqûres d'insectes

Les piqûres d'abeille, de guêpe ou de frelon ne sont dangereuses que si elles sont multiples (essaim), si un insecte a planté son dard dans la gorge, ou encore si la victime est allergique.

Forme grave
1 . Appelez le médecin ou l'hôpital le plus proche.
2. En attendant, pour limiter l'oedème dans la gorge, sucez des glaçons, la tête penchée en avant.
3. Au pire, si vous trouvez un tuyau à proximité, préparez-vous à l'installer dans la gorge en cas de problèmes respiratoires ou de forts gonflements de la gorge.

Forme bénigne
1. Otez le dard avec une pince à épiler, puis tamponnez la piqûre avec de l'ammoniaque, du vinaigre ou un antiseptique.
2. Contre la douleur, appliquez des glaçons ou une pommade anti-inflammatoire sur la piqûre.
3. Soulagez les démangeaisons en appliquant de la glace ou du vinaigre 4 fois par jour durant 5 min. Laissez sécher la peau, puis adoucissez avec une pommade à l'hydrocortisone. Si la démangeaison est vive, s'il y a un oedème ou plusieurs piqûres, prenez un antihistaminique.

Retour vers menu Astuces HAUT Astuces Santé suivantes

 

 

| Accueil | Plan du site | Administration | Contact | Copyright © IPA Genève 2001 - ® Tous droits réservés. Dernière mise à jour le 01.08.2014